cuivre-plomberie

Tout savoir sur la plomberie au cuivre

Le cuivre fait partie des basiques en plomberie. Matériau traditionnel sollicité en plomberie depuis presque un demi-millénaire, ces tubes circulaires de couleur rouille sont utilisés sur les canalisations d’eau chaude et froide.  Décriés pour leur teneur anormalement élevé en microparticules, ce tuyau reste un équipement essentiel, toujours présent en région parisienne.

Cuivre vs PER

Le cuivre se présente en barre ou en couronne, tout comme le PER et les PPR. Au début du troisième millénaire, les tuyaux synthétiques commencent à accaparer les marchés, au grand dam de l’industrie des tuyaux métalliques. Un tuyau en cuivre se corrodant plus rapidement, ceci a pour conséquence l’imprégnation de l’eau par des substances nocives pour la santé. Depuis, la tendance est claire sur les marchés. Le cuivre commence à de moins en moins susciter l’intérêt des particuliers, plombiers y compris. Néanmoins, chaque artisan plombier exerçant en région parisienne possède tout le savoir-faire nécessaire pour correctement installer une tuyauterie au cuivre. Parisiens, Guyancourtois et leurs voisins peuvent être rassurés par la présence de ces artisans.

Manipulation du cuivre

Le cuivre est un métal, par conséquent, il a besoin de soudage. Commercialisé en barre, le tube rigide ne peut être cintré sans chauffage préalable. La lampe à souder ou au chalumeau peuvent suffire pour cette intervention. Avec raccords américains préformés, on peut passer cette étape de cintrage. A l’issue de cet assemblage, il faudra procéder à une soudure. Le type de cuivre recuit est plus maléable, il s’agit des rouleaux vendus en couronne. Il s’utilise pour les installations encastrées, notamment au départ des collecteurs d’eau. Les tubes en recuit sont difficiles à mettre en forme, les utiliser pour une plomberie apparente serait faire injure à l’esthétique des lieux. Dure, résistante et peu sujet à la corrosion, le cuivre reste le matériau de plomberie le moins abordable, cela est du à des frais de soudures très élevés. Et si, au lieu d’utiliser des raccords préformés, on le travaille manuellement en utilisant la taraude, on peut faire une excellente affaire grâce au cuivre. Les procédés précédents nécessitent du matériel et savoir-faire  particulier. Il faudra songer au brasage et au taraudage afin de limiter les coûts.